Le grappling en France

Posté par Manu le 11 août 2012

 

Le grappling en France dans Jiu Jitsu Ne Waza

Le VIC la plus grande organisation de Grappling en France crée par Jo Cke en 2005.

Le VIC est né à Grigny et avait pour objectif de promouvoir le grappling en France et dans les quartiers sensibles.

VIC signifie Vivacite International Cup, mais c’est aussi le diminutif du mot victoire.

Les règles de la compétition correspondent à celles de la FILA. (Fédération Internationale des Luttes Associées)

Retrouver le VIC sur Facebook

Le VIC 2011 en video :

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

 

 

  • ASF

asf-1-le-rendez-vous-des-300x300 dans Jiu Jitsu Ne Waza

L’ASF (ou Absolute Submission Fighting) fut longtemps l’événement de grappling le plus attendu de l’Hexagone, avant l’arrivée du VIC.

C’est une compétition unique qui permet d’opposer les meilleurs combattants de la scène actuelle, répondre à des défis, prendre sa revanche… où seuls les Tops combattants sont sélectionnés pour cette soirée.
Dans un concept assez particulier, l’ASF oppose les combattants non pas sur tatami, mais sur un ring ouvert (avec des cordes, à l’opposition de la cage qui est un ring fermé).

Image de prévisualisation YouTube

… / …  Rédaction en cours

Publié dans Jiu Jitsu Ne Waza "Brésilien" | Pas de Commentaire »

Les Maîtres du Jiu Jitsu Brésilien

Posté par Manu le 10 août 2012

  • ESAE MITSUO MAEDA

Les Maîtres du Jiu Jitsu Brésilien dans Jiu Jitsu Ne Waza

Judoka Japonais, catcheur, lutteur, souvent surnommé Count Combat (ou Conde Koma au Brésil même s’il acquis ce surnom en Espagne en 1908), Maeda est connu pour avoir eté le professeur de Carlos Gracie et donc l’initiateur de la création du Gracie Jiu-Jitsu (également connu sous le nom de Jiu-Jitsu Brésilien). Il entra au Kodokan durant la période dite de la « Newaza revolution », pendant laquelle le Judo s’orienta très fortement vers le Newaza ou Combat au sol, suivant les orientations des maîtres de Fusen Ryu jiu-jitsu arrivés au Kodokan.

  • CARLOS GRACIE

call_out_carlos-192x300 dans Jiu Jitsu Ne Waza

Il apprit le Judo et le Ju Jitsu de Mitsuo Maeda.

Il était un des frères d’Hélio Gracie et ils sont à l’origine de la création du Gracie Jiu Jitsu désormais mondialement connu. En 1925, ils créent la première académie de Gracie Jiu-jitsu.

Son fils Carlson Gracie reçu sa ceinture noire de ses propres mains et devint un des personnages les plus influent et les plus respectés du Jiu Jitsu Brésilien.

  • CARLSON GRACIE

carlson-gracie-sr

Il est le fils aîné de Carlos Gracie et co-fondateur avec son oncle Hélio Gracie du Jiu-jitsu brésilien.

Ses victoires contre Valdemar Santana qui avait battu Hélio Gracie, lui a permis de sauver l’honneur familial et d’acquérir une grande notoriété.

Il entraîna de nombreux champions tels Allan Goes, Murilo Bustamante, Mario Sperry, Wallid Ismail, Vitor Belfort.

  •       HÉLIO GRACIE

heliogracie-210x300

Il est le fondateur du « Gracie Jiu-Jitsu, » également connu comme le Jiu-Jitsu Brésilien.

Il est le maître de la discipline et est considéré comme un des premiers héros sportifs de l’histoire du Brésil.

Il est le père de nombreux combattants célèbres comme Rickson Gracie, Royler Gracie, Royce Gracie

et le fondateur de l’UFC Rorion Gracie.

  •  RICKSON GRACIE

Rickson-199x300

Il est consideré par beaucoup comme une légende du Jiu Jitsu, un des meilleurs si ce n’est le meilleur dans cette discipline, toutes catégories et toutes générations confondues.

Il a une ceinture noire 8ème degré en Jiu-Jitsu Brésilien, fait partie de la fameuse famille Gracie, est le fils de Hélio Gracie, le frère de Rorion et le demi frère de Royce et de Royler Gracie.

Il a gagné le tournoi Vale Tudo Japan en 1994 et en 1995, faisant écho aux exploits de Royce à l’UFC. Il est veneré par nombre d’internautes et de pratiquants de tout niveaux, et tout le monde attend avec impatience ses rares apparitions.

  •   RORION GRACIE

rorion_gracie-206x300

Le plus âgé des fils d’Hélio, effectuait déjà des démonstrations publics avec son père à l’âge de 2 ans. Il est célèbre pour être l’un des fondateurs de l’Ultimate Fighting Championship (UFC) permettant une médiatisation mondiale du JIu-jitsu brésilien.

En 1978, Rorion Gracie,  quitta le Brésil et arriva aux États-Unis pour faire connaître les techniques de son père au reste du monde. À son arrivée, il remarqua tout de suite que la plupart des Américains ne comprenaient pas vraiment l’efficacité du jiu-jitsu. Même ceux qui connaissaient les arts martiaux confondaient le système de sa famille avec le jiu-jitsu japonais traditionnel en vigueur en Amérique depuis les années 1950. Pour marquer clairement la différence entre les deux disciplines, Rorion enregistra la marque de commerce “Gracie Jiu-Jitsu”.

Pendant plusieurs années, Rorion enseigna son art dans son garage tout en menant une campagne solitaire pour faire connaître la simplicité et l’efficacité du Jiu-Jitsu Gracie aux adeptes américains des arts martiaux. Il finit par conclure que ses efforts constants et infatigables ne suffisaient pas, et qu’il lui fallait un moyen plus puissant et plus visible pour démontrer la supériorité du Jiu-Jitsu Gracie sur tous les autres arts martiaux. Pour atteindre ce but, il créa l’UFC (Ultimate Fighting Championship) à savoir le championnat de combat ultime. Le monde des arts martiaux fut stupéfié par ce spectacle télévisé selon le système de paiement à la séance car son frère Royce usait des simples techniques du Jiu-Jitsu Gracie pour battre régulièrement des adversaires plus gros, plus athlétiques, et possédants une grande variété de techniques d’arts martiaux.

Le succès du Gracie Jiu-Jitsu à l’UFC entraîna de nombreux praticiens du jiu-jitsu sportif à quitter le Brésil pour profiter de la demande accrue pour l’enseignement du Gracie Jiu-Jitsu. Les restrictions juridiques liées au nom de marque « Gracie Jiu-Jitsu » amenèrent ces instructeurs à user d’une autre appellation, le « jiu-jitsu brésilien ».

 

  • ROYCE GRACIE

royce_gracie4-200x300

Il est une personnalité importante du monde du combat libre et est connu dans le monde entier comme celui qui a revolutionné les arts martiaux lors des années 90, en remportant des combats contre des adversaires beaucoup plus lourds que lui et venant de styles très différents, lors des premiers éditions de l’UFC (Ultimate Fighting Championship).

Entre 1993 et 1994, il gagna 11 combats d’affilés, tous par soumission, et remporta les UFC 1, UFC 2 et UFC 4. Il fit egalement un match nul contre Ken Shamrock lors du superfight de l’UFC 5.

Grâce a lui, le monde du combat découvrit le combat au sol et le Jiu Jitsu Brésilien, par la suite se développèrent le grappling, le cross training et finalement le MMA

 

  • ROYLER GRACIE

royler-214x300

Royler est un combattant de Jiu Jitsu Brésilien et de combat libre.Il est le frère de Rickson Gracie et Royce Gracie et le fils du fondateur Hélio Gracie

Son record officiel de MMA en mars 2007 est de 5 victoires, 4 défaites et 1 égalité.

Royler est la seule personne à avoir gagné le titre de champion du monde de grappling à l’ADCC trois années consécutives.

208

Il est né à Rio de Janeiro au Brésil est l’un des 5 frères qui composent la fameuse famille Machado

Jean Jacques a commencé son entraînement au Jiu-Jitsu depuis plus de 20 ans.

Il a totalement dominé la compétition dans son pays natal, gagnant tous les titres majeurs entre 1982 et 1992. Il a un des plus riches palmarès existant dans ce sport.

En 1992, Jean Jacques partit aux États-Unis et continua à dominer la scène nord-américaine et internationale du JJB.

Il est un des acteurs et un des professeurs les plus reconnus et les plus respectés de ce sport. Il est devenu mondialement célèbre en remportant en 1999 le titre de champion ADCC dans la catégorie des « 66-76kg » et en empochant en même temps le titre de combattant le plus technique.

Lors de ses combats de grappling , Jean Jacques ne cherche jamais la victoire aux points mais toujours la soumission.

Une des raisons pour laquelle il est si respecté est également qu’il a un handicap depuis sa naissance, une atrophie des doigts de la main gauche qui ne facilite pas la prise de kimono

 

  • MARCELO GARCIA

Marcelo-Garcia1

Né en 1983 au Brésil, est un pratiquant renommé de Jiu Jitsu Brésilien et de Grappling considéré comme l’un des meilleurs grappleurs de tous les temps.

Il a remporté les Championnats du monde de Jiu Jitsu Brésilien  dans toutes les catégories de ceintures (bleu, violette, marron et à cinq reprises en noire) et les championnats du monde de Submissions Grappling ADCC  à quatre reprises (en 2003, 2005, 2007 et 2011) dans la catégorie des moins de 77 kilos .

Ceinture noire de JJB de Fabio Gurgel Alliance, il est notamment connu pour ses victoires en Absolute (catégorie sans limite de poids) contre des adversaires bien plus lourds et puissants que lui  ainsi que pour sa célèbre X Guard et son don pour prendre le dos de l’adversaire et de placer un étranglement arrière.

 

  • FLAVIO BEHRING

flaviobehring_small

Il commence la pratique du Gracie Jiu Jitsu en 1947, en suivant les enseignements du Grand Maître Hélio Gracie  (ceinture rouge 10ème dan) qui est l’un des fondateurs du Gracie Jiu-Jitsu.

En 1951, il est désigné par Carlos Gracie, le patriarche de la famille Gracie, pour les représenter lors d’un combat contre un Japonais nommé Shimura, qui souhaitait affronter le Gracie Jiu-Jitsu n’importe où et n’importe quand. Les Gracie misèrent une certaine somme d’argent sur la victoire de Flavio, mais le combat n’eut jamais lieu.

En 1955 , Flavio Behring commence à enseigner dans l’Académie Gracie, en aidant le jeune professeur João Alberto Barreto (depuis devenu un Grand Maître – ceinture rouge 9ème dan). 

Parallèlement à sa carrière de Jiu-Jitsu Brésilien, Flavio commence la pratique du Judo  à partir de 1964  (il arrêtera quelques années plus tard avec le grade de ceinture noire).

Flavio Behring a enseigné et fait enseigner (Par les frères Barreto – João Alberto et Alvaro tous deux actuellement ceinture rouge 9ème Dan) le Jiu-Jitsu à ses enfants.

Aujourd’hui, Flavio Behring, ancien cadre supérieur en communication, est à la retraite.

Il continue néanmoins à enseigner le Jiu-Jitsu Brésilien, au travers de nombreux séminaires de par le monde. Il atteint le titre de Grand Maître en recevant la ceinture rouge 9ème dan en 2006 des mains du Grand Maître João Alberto Barreto 9ème Dan également. Il devient ainsi l’un des rares pratiquants à posséder un tel grade.

  • JOAO ALBERTO BARRETO

joao-alberto-barreto-240x300

Il est une des figures les plus importantes dans le jiu jitsu Brésilien.

Une ceinture rouge sous Gracie Helio, Joao Alberto Barreto est célèbre en étant invaincu lors des différentes compétitions en 1950.

Il était aussi le Vice-président de la première Fédération de  Jiu Jitsu.

 

 

  • FABIO GURGEL

fabio_gurgel-201x300

Né  le 18 janvier 1970  un élève de  Romero « Jacare » Cavalcanti, il est actuellement Ceinture Noire 5ème DAN,
Ses élèves les plus connus sont Marcelo Garcia, Demian Maia.

Il a remporté plusieurs titres aux Championnats du monde ( Médaille d’Or en 1996 , 1997 , 2000 , 2001 ,  2010 …)

Avec Cavalcanti il est le co-fondateur de l’Alliance Jiu Jitsu l’Équipe.

 

  • ROMERO CAVALCANTI dit « JACARE »

Jacare-Romero-Cavalcanti

Il est né le 22 octobre 1952, son surnom Jacaré  est  l’entraîneur principal de l’Alliance Jiu Jitsu .

Il est une de six personnes (le plus généralement connu comme « les Cinq Célèbres ») pour avoir été promu  Ceinture Noire par les célèbres Gracie.

Romero a commencé à recevoir une formation du Jiu Jitsu  à l’âge 11 ans.

A partir de  16 ans, Romero a régulièrement assisté au cours de l’École de Gracie Jiu Jitsu( célèbre dans Copacabana) où il a grandi, à côté de Carlos Gracie, cadet, Crolin Gracie, Mario Claudio Tallarico, Fábio Santos, Mauricio Motta Gomes, les frères Machados et Rickson Gracie.

Après avoir été un assistant de l’instructeur à l’école de Gracie, Romero a ouvert sa première école dans Ipanema, au Brésil.

Romero avait étudié à New York dans les années 1970 et en 1995 il s’est déplacé aux Etats-Unis avec sa famille et a ouvert une école de Brésilien Jiu Jitsu à Miami.

Il s’est déplacé plus tard en Atlanta où il a établi une école à la fin de 1996.

Publié dans Jiu Jitsu Ne Waza "Brésilien" | Pas de Commentaire »

ADCC

Posté par Manu le 10 août 2012

ADCC  dans Jiu Jitsu Ne Waza

L’ADCC est  l’abréviation que l’on utilise couramment pour :

l’ABU DAHBI COMBAT CLUB SUBMISSION WRESTLING WORLD CHAMPIONSHIPS,

c’est le plus gros tournoi mondial de grappling  ou lutte de soumission.

Il a été créé en 1998, une fois par an, les 16 meilleurs combattants du monde dans chaque catégorie sont invités ou sont sélectionnés pour y participer.

L’événement se passe généralement à Abou Dabi mais il a eu lieu à Sao Paulo au Brésil en 2003 et à Long Beach en Californie en 2005.

C’est l’événement de l’année pour tous les amateurs de grappling, au même titre que les championnats du monde de jiu jitsu brésilien.

L’évènement est très médiatisé et une victoire et un titre de champion à l’ADCC représentent beaucoup dans la carrière d’un combattant.

En 2005, pour la première fois, une section féminine avec différentes catégories de poids apparait.

susumu081-300x197 dans Jiu Jitsu Ne Waza

 

Les Régles

  • L’ADCC est un tournoi, seul le vainqueur passe au tour suivant, le perdant étant directement éliminé.
  • Les Gi, Kimono et chaussure de lutte sont optionnels.
  • Le tapis fait 9×9 mètres, pas de cage, pas de grillage. Si un combattant sort de l’arène, l’arbitre recommence le combat au centre du tapis, dans la position qu’ils avaient précédemment; à la façon des règles de lutte. Si les combattants sont debout, ils reprennent le combat debout face à face.

1) Techniques légales

  • Tout étranglement.
  • Toutes clés de bras, clés d’épaule ou de poignet.
  • Toutes clés de jambes ou de cheville.

Techniques illégale

  • Full Nelson et Crucifix
  • Coups de poings.
  • Attaque des yeux et doigt dans les orifices
  • Pas de prise sur les oreilles
  • Pas de tirage de cheveux
  • Pas de prise de doigts ou d’orteils
  • Pas de doigt dans les yeux
  • Pas de coup de pied
  • Pas de pincement
  • Pas de morsure
  • Pas d’attaque des parties
  • Pas de mains, de genou ou de coude au visage
  • Pas de produit glissant sur le corps ou les vêtements
  • Pas de Tshirt
  • Pas de prise du short

Points

  • Mount position = 2 points
  • Back mount with hooks = 3 points
  • Passing the guard = 3 points
  • Knee on stomach = 2 points
  • Clean Sweeps = 4 points
  • Sweeps = 4 Points
  • Clean Take down (Ends passed the guard)= 4 points
  • Take down (Ends Guard or Half Guard)= 2 points

Chaque position doit être maintenue au moins 3 secondes pour que les points soient comptabilisés. Lors des changements de position, les différents points seront donnés uniquement pour les positions ayant été maintenues au moins 3 secondes.

Les Reversals sont considérés comme des Sweeps.

Pénalités

Si un combattant passe volontairement d’une position debout à une position au sol, ou pull la garde, et reste au sol pendant au moins 3 secondes, il sera pénalisé d’un point.

Si un combattant se désengage d’une prise, recule et évite le contact à nouveau, il sera pénalisé d’un point.

Un combattant trop passif sera averti deux fois puis recevra un point de pénalité.

Si un combattant enfreint les règles deux fois il sera disqualifié par l’arbitre.

Gagner un match de l’ADCC

  • Si un des combattants soumet son adversaire et que celui-ci tape ou abandonne verbalement.
  • Si l’arbitre sent qu’un des combattants ne peux pas se d&fendre et que sa vie est en danger, il peut arrêter le combat et déclarer le vainqueur.
  • La victoire peut se faire par :
    • Soumission
    • Aux points
    • Décision de l’arbitre

Catégorie de poids

  • 65 kg et moins
  • 66 kg à 76 kg
  • 77 kg à 87 kg
  • 88 kg à 98 kg
  • 99 kg et plus

Durée des matchs

  • Tour qualificatif = 10 minutes
  • Finale = 20 minutes
  • 5 Minutes  (temps supplémentaire) si égalité à la fin d’un match

Récompenses

Pour chaque catégorie de poids (excepté l’Absolute) :

  • Premier : $10 000
  • Second : $5 000
  • Troisième : $3 000
  • Quatrième : $1 000

Pour la catégorie Absolute (toute catégorie) :

  • Premier : 40 000$
  • Second : 10 000$
  • Troisième : 5 000$
  • Quatrième : 1 000$
  • Superfight : $40 000 pour le vainqueur et $10 000 pour le perdant.
  • Récompenses titres honorifiques
    • Best Technique : $1 400
    • Best Takedown : $1 400
    • Fastest Submission : $1 400
    • Best Fight of Competition : $1 400
  • Total des primes : $206 600

Les Champions de l’ADCC

ADCC 1998

Image de prévisualisation YouTube

ADCC 1999

Image de prévisualisation YouTube

ADCC 2000

Image de prévisualisation YouTube

ADCC 2001

Image de prévisualisation YouTube

ADCC 2003

Image de prévisualisation YouTube

ADCC 2005

Image de prévisualisation YouTube

ADCC 2007

Hommes :

Image de prévisualisation YouTube

Femmes :

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Jiu Jitsu Ne Waza "Brésilien" | Pas de Commentaire »

Les Maîtres du Judo

Posté par Manu le 5 août 2012

  • Jigoro Kano :

Jigorō Kanō (嘉納 治五郎, Kanō Jigorō?, né le 28 octobre 1860 à Migake (Japon), mort à l’âge de 77 ans (le 4 mai 1938 en bateau) est le fondateur du Judo Kodokan.

Image de prévisualisation YouTube
  • Ichiro Abé :

Ichirō Abe (安部 一郎, Abe Ichirō), né le 12 novembre 1922 , est l’un des plus célèbres enseignant de Judo (10e Dan) du Kodokan.

Abe s’établit d’abord, au cours d’une campagne visant la promotion du Kodokan en Europe, principalement en France, en 1951  à Toulouse puis en1954 à Paris . Il est l’un des pères des écoles du Judo en France. En 1956  il devient la référence de l’Union Fédérale Française d’Amateurs de Judo Kodokan. Le premier championnat dans ce sport dans la même année a également été introduit par lui.

Sa citation la plus célèbre est : « Si tu es jeté six fois, relève-toi sept fois !

Image de prévisualisation YouTube
  • Isao Okano :

Isao Okano (岡野功, Okano Isao) né le 20 janvier 1944 à Ryūgasaki dans la préfecture d’Ibaraki, est un judoka japonais. Combattant dans la catégorie des moins de 80 kilos, il remporte les Jeux olympiques d’été de 1964 à Tōkyō et les Championnats du monde de Rio de Janeiro l’année suivante. En 1967, et 1969, il gagne les Championnats du Japon toutes catégories, c’est le plus léger judoka de l’histoire à avoir remporté cette épreuve.

Image de prévisualisation YouTube
  • Tokio Hirano :

Monsieur Hirano est né en aout 1922 à Awaji (province de Kobe). certain disent qu’il a débuté je judo vers 12 ans.  Il a ensuite été élève de Fukushima sensei à Kioto. Ce dernier l’a orienté vers l’université Takushoku à Tokio ou il a été  élève de Ushijima sensei. selon le regard sur son enseignement on peu dire qu’il a eu une formation Butokukaï
Il arrive en Europe en 1952 à Cologne selon certains renseignements.  Il s’installera par la suite à Anvers et il parcourra la France, l’Allemagne, la Belgique, la Suisse, l’Autriche, l’Italie, etc… ou il donna des cours et des démonstrations (exemple du film au Château de Well). il repart au Japon en 1966. il réintègre l’université Takushoku, ou il enseigne le judo il fera régulièrement des visites en Europe, ou il donnera des cours. il avait eu projet de Dojo en France qu’il n’a pas pu amener à termes car il est décédé en 1993.

Image de prévisualisation YouTube
  • Kyuso Mifuné :

Kyuzo Mifune (三船久蔵 Mifune Kyūzō 21 Avril 1883 – 27 janvier 1965) a été classé comme l’un des plus grand pratiquant de l’art du judo après son fondanteur, Kano Jigoro. Il est considéré par beaucoup comme le plus grand technicien de judo, après Kano. Il était 10e dan.

À la mort de Jigoro Kano en 1938, Mifune devient le professeur le plus influent du Kodokan.

Il atteint le 10ème dan (judan) le 25 mai 1945, c’est le quatrième judoka à en être honoré.

Image de prévisualisation YouTube
  • Kawaishi Minosuke :

Maître Mikinosuke Kawaishi (né en 1899 – mort le 30 janvier 1969 en France), 10e dan, judoka japonais pionnier du judo en France.

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Judo histoire | Pas de Commentaire »

Le Kosen Judo

Posté par Manu le 3 août 2012

Le Kosen Judo est une forme de judo pratiquée dans les universités japonaises et spécialisée dans le combat au sol.

Image de prévisualisation YouTube

Contrairement au Kodokan,  qui porte essentiellement sur le Nage Waza(techniques de projections), le Kosen Judo porte sur le Ne Waza (lutte au sol) et sur les Katamé Waza (techniques de contrôles).

shapeimage2.png

Judo Kosen (高專柔道)est le nom du style de judo pratiqué dans les écoles kosen au Japon au tournant du XXe siècle. Leur entraînement est bien connu pour l’importance accordée au technique de grappling au sol, connu sous le nom de newaza dans les arts martiaux japonais

Le judo Kosen était le style de judo pratiqué avant les changements de règlement en 1925 et est simplement un des styles du Judo du Kodokan de nos jours. Le Kosen Judo utilise les mêmes projections et autres techniques que le Judo, mais porte l’accent sur le newaza (techniques au sol) tels que les immobilisations, les clés articulaires et les étranglements plus que le Judo Kodokan, puisqu’il a une plus grande tolérance concernant les techniques au sol. Ce style de Judo se pratique encore aujourd’hui. Les étudiants de petite taille des Universités Kosen étaient souvent envoyés contre des adversaires plus grands, puisque les catégories de poids n’existait pas à cette époque. Ainsi il était plus facile pour des Judokas de grand taille de projeter des plus petits judokas. L’essence de l’entraînement que les équipes Kosen utilisaient était le combat au sol comme moyen de gagner des points en maintenant une distance, soumettant l’adversaire, ou le fatiguant pour qu’il abandonne. Le Kosen Taikai était un tournoi inter-école fondé sur des équipes. En cas de match nul, un système de loterie permettait de déterminer le vainqueur. L’entraînement au newaza était donc utile parce qu’il est plus facile d’obtenir un match nul au newaza et que c’est plus rapide de former un débutant à la compétition par équipe. Ainsi des techniques comme Hikkikomi (s’allonger sur le dos) et Sankaku Jime (étranglement avec les jambes en triangles) étaient populaires et très développées

Image de prévisualisation YouTube

Les Règles

Les règles d’un combat de Judo Kosen correspondent à un croisement entre un combat de judo et un combat de ju jitsu brésilien moderne. Tous les combats de Judo Kosen commençaient debout, cependant, contrairement au judo actuel, le judoka kosen pouvait attirer son adversaire au sol juste en se laissant tomber sur le dos et les fesses (technique nommée « garde tirante » au ju jitsu brésilien). Une fois au sol, les étranglements et les clés articulaires étaient autorisés, de plus, les clés de jambes aussi bien que les clés de bras étaient autorisées. Les rencontres n’avaient aucune limite de temps et étaient généralement disputées sur un tatami de 20×20 mètres au total, une zone de départ de 8×8 mètres était marquée sur le tatami, ainsi qu’une zone de danger qui se terminait à 16×16. Si un Judoka sortait de la zone de danger, le combat était recommencé, en garde, demi-garde ou contrôle latéral selon l’endroit ou le judoka ayant l’avantage se trouvait. Le match se gagnait par la soumission (immobilisation) par arrêt suite à une clé articulaire par la strangulation de l’adversaire, ou en utilisant un contrôle fixant (immobilisation des quatre coins) pour maintenir l’adversaire au sol durant le temps du combat. (Un contrôle des quatre coins ne pouvaient être efficace que grâce à Taito Shio Gatame- position où l’on contrôle l’adversaire en étant sur tout son corps)

Image de prévisualisation YouTube

Kodokan

L’efficacité du newaza et la simplicité de l’apprentissage pour des adversaires de petite taille a changé l’évolution des matches de judo.

C’était facile d’entraîner un judoka au newaza et de lui permettre de vaincre les meilleurs adversaires venus d’écoles rivales, ainsi le Judo Kodokan a commencé à se faire dominer dans le newaza. Avec le temps, une telle emphase a été mise sur le newaza, à cause de son succès en compétition, que Jigoro Kano, fondateur du Judo, a introduire de nouvelles règles limitant le temps durant lequel un judoka pouvait rester au sol. Il était stipulé que les techniques devaient commencer debout (tachiwaza) et si on attirait l’adversaire (sans le projeter) au sol plus de trois fois, il était déclaré vainqueur.

En 1914, Kano organisa le Championnat de l’Université Kosen à l’Université Impériale de Kyoto. Cette compétition de type sportif était officiellement nommée le « Kosen Taikai ». Le judo Kosen est encore pratiqué dans quelques université japonaises, notamment dans sept parmi les neuf anciennes universités impériales du Japon. (L’Université d’Osaka et l’Université Nationale de Taiwan ne pratiquent pas le Judo Kosen). On l’appelle parfois shichitei-judo ().

Une compétition annuelle est organisée entre ces universités. Finalement, en 1925, Jigoro Kano décida de réorganiser les règles du judo de compétition. Un de ces changements consistait en la limitation du temps que les compétiteurs pouvaient passer en combat au sol. Cela a arrêté de façon effective la tendance qui se développait au judo ; cependant, les Écoles Kosen étaient autorisées à maintenir leur match et à s’entraîner comme elles l’avaient toujours fait depuis le début du siècle.

Le Judo Kosen a suivi sa route et sa pratique perdure aujourd’hui encore selon les anciennes règles lors du Tournoi des Sept Universités Kano a fait attention à ne pas détruire le Judo Kosen lorsqu’il proposa de nouvelles règles.

Il le fit pour différentes raisons :

  • Peu de judoka pratiquaient uniquement le newaza.
  • Il désirait qu’il y ait des spécialistes du newaza dans le judo.
  • Il n’arrivait à se convaincre que la pratique unique du newaza était une chose mauvaise en soi.
  • Les judokas kosen pratiquaient aussi le Tachiwaza malgré l’emphase qu’il mettaient sur le newaza.
  • Il pensait que le newaza était si efficace et facile à apprendre que l’emphase devait être porté sur le tachiwaza afin de créer l’harmonie dans la qualité de ces deux connaissances.
  • Les nouvelles règles étaient conçues comme un moyen de mettre l’accent sur le tachiwaza tout en maintenant le newaza.

Publié dans Jiu Jitsu Ne Waza "Brésilien", Judo histoire | Pas de Commentaire »

 

STADE CLERMONTOIS TT |
Saint Pierre de Plesguen Ka... |
Trail monts des Flandres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Karaté Saint Claude 39
| SPORTnew
| sport et musique