MMA Mixed Martial Art

Posté par Manu le 27 août 2009

Qu’est-ce que le MMA ?

A partir de la fin du XIXème siècle, quelques maîtres de Jiu-jitsu migrèrent du Japon vers d’autres continents, vivant de l’enseignement de l’art martial et des affrontements qu’ils réalisèrent.

maeda.jpg

Esae Mitsuo Maeda fut l’un de ces maîtres.

Après avoir voyagé avec sa troupe luttant dans divers pays en Europe et en Amérique, il arriva au Brésil en 1915 et s’installa à Belém do Pará l’année suivante, où il connut Gastão Gracie. Père de 8 enfants, 5 garçons et 3 filles, Gastão se montra enthousiaste envers le Jiu-jitsu et amena Carlos, le plus vieux de ces fils avec lui, afin que Maeda lui enseigne son art.
La famille Gracie par la suite, continuera à développer et à adapter cet art afin d’en faire un système reposant sur l’efficacité du combat à un contre un, son but étant d’amener son adversaire au sol (dans un domaine non maîtrisé par les pratiquants d’arts martiaux) et de le finaliser par des techniques de clés ou d’étranglements.
C’est cette approche qu’a eu Rorion Gracie en créant l’Ultimate Fighting Championship (UFC) en 1993, il voulait prouver que son art était l’art martial le plus efficace et aussi répondre à la question que se posaient tous les pratiquants d’arts martiaux, à savoir « Quelle est la discipline la plus efficace en combat un contre un ? »

roriongracie.jpg

 

Rorion Gracie

Le 12 novembre 1993, à Denver dans le Colorado, débuta véritablement le MMA, bien que le terme Vale Tudo ( » tout est permis  » ou  » tout vaut  » en portugais) soit plus approprié pour évoquer cet évènement.
Celui-ci se déroula sous la forme d’un tournoi, dans une cage octogonale où deux hommes s’affrontaient, sans catégorie de poids, avec très peu de règles (pas d’attaque aux yeux et pas de morsure) et sans limite de temps, le but étant de gagner par Ko ou par abandon.
16 combattants d’arts martiaux représentant chacun leur style furent invités et ce que Rorion voulait démontrer se produisit.
Royce Gracie; frère cadet de Rorion; représentant le Brazilian Jiu-Jitsu (BJJ) vaincu tous ses adversaires facilement par soumission (tout en étant l’un des plus légers du tournoi) et sans même leur porter de coup violent….
L’impact de cet évènement ainsi que la maîtrise du vainqueur vont abattre beaucoup de mythes dans les arts martiaux.

roycegracie164.jpg

Royce Gracie

Ce sont donc les Gracie qui lancent véritablement cette discipline qu’est le MMA qui depuis n’a eu de cesse de se réglementer et de se professionnaliser.

Image de prévisualisation YouTube
Le Mixed Martial Art

MMA est l’abréviation de Mixed Martial Arts (Arts Martiaux Mélangés en français), elle désigne un sport de combat qui oppose deux adversaires dans un cadre réglementaire permettant l’utilisation d’un panel technique des plus étendus.

Et toujours en respectant les règles élémentaires visant au respect de l’intégrité physique des participants.
Le MMA se pratique communément avec des gants de 8 onces (à peu près 227 grammes) ouverts au niveau des doigts, un protège-dents et une coquille pour protéger les parties génitales. Les matchs sont composés de plusieurs reprises (rounds) dont la durée est souvent de 5 minutes. La durée totale n’excède jamais 25 minutes.

L’abandon ou l’incapacité physique de poursuivre la rencontre (voire une disqualification) annoncent la fin d’un match.

Lorsque la rencontre arrive au terme du temps réglementaire, des juges rendent une décision, attribuant la victoire ou déclarant le match nul.

Les compétitions de MMA permettent à tout athlète ou artiste martial, de s’exprimer dans toutes les distances de combat qu’on retrouve habituellement dans les sports de combats ou arts martiaux traditionnels.

On retrouve ainsi dans le MMA, trois principales distances de combats :

Le combat debout à distance
(Boxes, karaté, taekwondo…)
Le combat debout à distance permet principalement l’utilisation de techniques de percussion. Les techniques de percussion sont issues de tous les sports de combats et arts martiaux ayant recours à ce type de techniques. Les techniques de percussion issues de toutes les boxes mais aussi des arts martiaux traditionnels tels que le karaté, le kempo, ou le taekwondo.

 

En MMA, il est communément admis que deux disciplines se distinguent lors des phases de combat debout à distance :
- la boxe anglaise, qui autorise uniquement des techniques de percussion à l’aide des deux seuls poings sur toute la partie haute du corps, de la tête jusqu’à la taille.
- le muay thaï (ou boxe thaïlandaise), qui autorise des techniques de percussion à l’aide des poings, des pieds, des genoux et des coudes sur l’ensemble du corps, de la tête aux pieds.

 

crocopsilva.jpg
Mirko Cro Cop

Image de prévisualisation YouTube

Le combat debout au corps à corps (Luttes, judo…)
Il permet principalement l’utilisation de techniques de lutte, mais aussi de percussion. Les techniques qu’on retrouve à cette distance de combat sont, pour l’essentiel, issues de la lutte, du sambo et des arts martiaux traditionnels tels que le judo et le Jiu-jitsu.
En MMA, il est communément admis que deux disciplines se distinguent pour les phases de combat debout au corps à corps :
la lutte (styles libre et gréco-romain) qui autorise différentes saisies au corps à corps et des amenés au sol et le judo, qui autorise différentes saisies au corps à corps et des projections.

gstpierre.jpg

Georges St Pierre

Image de prévisualisation YouTube

Le combat au sol (Jiu-jitsu brésilien, submission wrestling, grappling, sambo, judo ne waza…)

Le combat au sol permet principalement l’utilisation de techniques de lutte au sol mais aussi de percussion, et surtout de soumission. Les techniques qu’on retrouve à cette distance de combat sont principalement issues du jiu-jitsu brésilien, de la luta livre, du ju-jutsu traditionnel, du sambo ou du judo, c’est-à-dire de toutes les disciplines qui privilégient l’apprentissage des techniques de combat au sol.
En MMA, il est communément admis qu’une discipline se distingue pour les phases de combat au sol :
le jiu-jitsu brésilien, qui autorise différentes saisies au sol, des étranglements, des clés de bras et de jambes.
On parle souvent de jiu-jitsu, car historiquement c’est la première discipline qui a mis en avant le combat au sol, mais nombre d’autres disciplines possèdent des techniques similaires et tout aussi efficaces. On retrouve aussi des techniques issues de la lutte permettant de maintenir son adversaire au sol, afin de le frapper notamment.

fedoremelianenko.jpg

Fedor Emelianenko

champion de Judo, Sambo et Pride

Le MMA propose donc le plus grand nombre de techniques de combat issues de toutes les disciplines.

Image de prévisualisation YouTube

Les règles

Les règles du MMA diffèrent selon les organisations, mais on distingue certaines règles communes à toutes, visant principalement à respecter l’intégrité physique des participants.

Désormais, toutes les compétitions de MMA possèdent au moins une quarantaine de règles

Concernant les structures et le règlement du Mixed Martial Art en France, sachez que les règles seront globalement les suivantes :

  • Debout : les frappes autorisées sont celles aux Pieds/poings/genoux. :
  • Coups de poings : directs (jab, lead, direct court), circulaires (crochet, swing, half swing), remontants (uppercut), descendants (plongeant), de revers, de revers retourné, marteaux,
  • Coups de pieds : directs, circulaires, circulaires inversés, crochetés, arrières, en croissants, en retombant (marteaux),
  • Coups de genoux : remontants, directs, circulaires, semi circulaires, doubles.
  • Toutes ces techniques peuvent être utilisées de face, de profil, de dos mais aussi en techniques retournées et/ou sautées.
  • Au sol : seules les frappes aux poings sont autorisées, au-delà d’une série de trois coups non bloqués l’arbitre interrompt le combat estimant que le combattant au sol ne peut se défendre. Si le combattant frappé au sol n’est plus lucide l’arbitre prononce le KO.
  • Un debout l’autre au sol : seules les frappes aux poings sont autorisées.
  • Les techniques interdites :
  • Coups de coudes (visant n’importe quelle cible et dans toutes les positions)
  • Coups de pieds visant un combattant au sol (que ce soit au visage, au corps ou dans les jambes)
  • Coups de genoux visant un combattant au sol (que ce soit au visage, au corps ou dans les jambes)
  • Coups de tête
  • Coups visant les parties génitales
  • Coups visant les reins
  • Coups visant la colonne vertébrale et le derrière de la tête
  • Coups visant la gorge
  • Saisir la trachée artère avec les doigts
  • Attaque directe dans l’articulation du genou (coups de pieds d’arrêt, latéraux ou directs)
  • Manipulation des petits articulations (doigts), autorisé si contrôle d’au moins 4 doigts.
  • Mettre les doigts dans les yeux, la bouche, le nez ou une plaie.
  • Griffer et/ou pincer intentionnellement
  • Attraper/tirer les cheveux
  • Projeter intentionnellement sur la tête et le cou
  • Projeter, pousser son adversaire hors du ring
  • Attraper les cordes, enrouler un bras ou pieds autour de celles-ci, etc.
  • Saisir le short, les gants ainsi que les autres protections
  • Porter des chaussures
  • Utiliser un langage non sportif, abusif, irrespectueux envers son adversaire, ses coaches, l’arbitre, les juges ou tout autre officiel. (Cela est également valable pour les hommes de coins)
  • Cracher sur son adversaire
  • Attaquer l’adversaire durant une interruption de l’arbitre
  • Attaquer l’adversaire avant le début ou après la fin de la reprise (signalé par l’arbitre)
  • Ne pas tenir compte des instructions de l’arbitre
  • Enlever (ou faire tomber) intentionnellement ou constamment son protège dents
  • Feindre une blessure
  • Interférence par les hommes de coins, coachs.

 

Les combats peuvent avoir lieu dans divers environnements. On distingue cependant deux types majeurs d’environnements, selon les organisations:
- Le ring, soit une surface rectangulaire (rarement octogonale) dont la taille et le nombre de cordes peuvent varier.
- Une surface octogonale (parfois hexagonale) fermée et délimitée par un grillage ou un filet dont la taille peut varier. On parle communément de cage.

L’utilisation d’une cage plutôt qu’un ring trouve son explication dans le fait que les cordes peuvent gêner les combattants dans leur évolution lors d’un match, mais aussi qu’elles ne les préviennent pas d’une sortie éventuelle de l’aire de combat, voire d’une chute à l’extérieur de la surface.

Une zone complètement fermée prévient ainsi toute sortie éventuelle pendant le combat ou la gêne que peuvent occasionner des cordes.

Historiquement, la cage a été introduite par l’Ultimate Fighting Championship lors de sa création en 1993, pour les raisons citées ci-dessus, notamment parce que l’arbitre n’était pas en droit d’interrompre un match tant qu’aucun des deux participants n’était neutralisé par son adversaire, par KO ou par abandon.

Ainsi, dans les matchs organisés sur un ring, il n’est pas rare de voir l’arbitre interrompre momentanément le combat lorsque les deux combattants sont gênés par les cordes, ou qu’une sortie de la surface est constatée.

Culturellement et traditionnellement, le ring est plutôt présent au Japon (une seule organisation propose depuis très peu de temps une compétition en cage).

Les Etats-Unis montrent une préférence pour l’utilisation d’une cage, même si nombre de compétitions se déroulent sur un ring. Le Brésil, où ce sport trouve ses origines (cf. vale tudo) dans sa forme moderne, privilégie le ring, tout comme les Pays-Bas où il existe une grande tradition du kickboxing. Le Royaume-Uni fait la part belle à l’utilisation de la cage.

 

http://mixed-martial-arts.wifeo.com

Laisser un commentaire

 

STADE CLERMONTOIS TT |
Saint Pierre de Plesguen Ka... |
Trail monts des Flandres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Karaté Saint Claude 39
| SPORTnew
| sport et musique